Zizanie autour d’Astérix 4

11-12-2009 - 10:06 - Par

AsterixBandeau

Selon Le Parisien, c’est à une véritable guerre des droits que se livrent plusieurs producteurs pour avoir la possibilité de cornaquer le quatrième volet des aventures du Gaulois.

LangmannThomas Langmann, Fidélité Productions (HUIT FEMMES, LE PETIT NICOLAS) et Luc Besson : tels seraient les trois opposants se livrant une bataille homérique pour obtenir les droits d’adaptation des BD Astérix auprès d’Hachette, Anne Goscinny (fille de) et Albert Uderzo, afin de produire un quatrième volet. C’est que la franchise a rapporté gros au box office. Rien qu’en France, les trois opus ont glané presque 30 millions d’entrées ! Quant au dernier opus, ASTÉRIX AUX JEUX OLYMPIQUES, malgré un coût record de près de 80 millions d’euros et un « semi-échec » français avec 6.8 millions d’entrées, il a attiré 20 millions de fans en Europe. Et n’a pas eu trop de mal à rentrer dans ses frais.

Langmann, initiateur de la franchise au cinéma avec son père Claude Berri, aimerait continuer l’aventure et compterait sur le soutien indéfectible d’Uderzo. Son projet ? Adapter « Le Tour de Gaule » avec Christophe Barratier à la réal, qui s’éloignerait enfin de ses ambiances chéries légèrement chloroformées des CHORISTES et autre FAUBOURG 36. Mais surtout, avec les très doués et rigolos Olivier Nakache / Eric Toledano (NOS JOURS HEUREUX) au scénario. Leur sens du dialogue qui tue pourrait faire merveille, d’autant qu’ils ont déjà écrit pour Gérard Depardieu dans leur premier film, JE PRÉFÈRE QU’ON RESTE AMIS.

De g. à d. : Luc Besson, Olivier Delbosc, Marc Missonnier

De g. à d. : Luc Besson, Olivier Delbosc, Marc Missonnier

Mais face à ce projet, deux armées lourdes fourbissent leurs armes. Olivier Delbosc et Marc Missionnier, patrons de Fidélité Productions (HUIT FEMMES, JEAN-PHILIPPE) tenteraient un putsch avec comme carte de visite le carton du PETIT NICOLAS, autre adaptation d’une œuvre de Goscinny, qui totalise 5,3 millions d’entrées. Et leurs arguments pourraient bien tomber dans des oreilles attentives auprès d’Anne Goscinny. Ils souhaiteraient ainsi embaucher Laurent Tirard, responsable du PETIT NICOLAS pour adapter « Astérix chez les Bretons », et se seraient déjà associés au poids lourd Orange pour financer le film… Mais selon Le Parisien, un tout nouvel outsider serait rentré dans la course, et pas des moindres : Luc Besson lui-même. Si EuropaCorp reste très discret sur la chose, la société du papa de LEON aurait eu des arguments de poids. Connu dans le monde entier, et notamment aux Etats-Unis, le producteur français serait un choix évident pour mener la franchise Astérix sur des rails mondiaux.

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.