Miramax est mort : analyse (Mis à jour)

29-01-2010 - 10:08 - Par

MiramaxBandeau

L’ancienne boîte des Weinstein ferme ses portes. Bob et Harvey pouvaient-ils la sauver ?

UPDATE : Deadline Hollywood vient de révéler que Summit Entertainment, qui produit la vache à lait TWILIGHT, aurait approché Disney pour racheter Miramax. Titre ET catalogue puisque les deux sont indissociables à l’achat. Le prix serait celui escompté, voire un tout petit plus bas car, la santé de Miramax n’étant pas au beau fixe, Disney pourrait mettre de l’eau dans son vin. Pour rappel, Summit désirerait aussi sauver MGM, en vente.

Miramax, c’était la boîte des Weinstein, nommée d’après le papa et la môman de Bob et Harvey, Miriam et Max, et fondée en 1979. Vendue à Disney en 1993 pour 70 millions de dollars puis cédée pour de bon il y a cinq ans en raison de la mésentente entre les frères et le président de Disney Michael Eisner…

BobHarveyAlors que Bob et Harvey montaient The Weinstein Company pour la faire sombrer dans un marasme financier (à cinemateaser, nous avons décortiqué le boxon là), Disney faisait miroiter que Miramax s’en sortait plutôt pas mal, notamment grâce au succès critique et public de leur coproduction NO COUNTRY FOR OLD MEN des Coen. Or, entre 2007 et 2008, la filiale perdait plus de 50% de ses recettes, passant d’un box-office global de 135 millions de dollars (pas la grosse teuf, déjà) à 65 millions, et la boîte n’annonçait plus de nouveaux projets depuis quelques mois. Marquons donc la date d’une pierre blanche : Disney licencie aujourd’hui Daniel Battsek, président de Miramax, et ses 80 employés, pour mieux fermer les bureaux de New York et de Los Angeles. Autant dire que Miramax n’existe pus. Et si vous pensiez que le responsable de Disney, Bob Iger, n’a rien fait pour sauver les meubles, détrompez-vous : il a lancé un appel d’offre et demandé… 1,5 millard de dollars pour le nom Miramax et le catalogue qui va avec. Évidemment, personne ne s’est jeté dessus, ni même les Weinstein qui, contraints à une gestion drastique de leur business, n’ont même pas pu, pour le moment, effleurer l’espoir de racheter leur production chérie.

The Baster

The Baster

Deux jours avant l’annonce de la mort de Miramax, on disait déjà que les frangins entraient en pourparlers avec Disney pour récupérer au moins le nom… Un deal qui n’a apparemment jamais eu lieu vu le prix extravagant demandé pour se procurer une marque qui n’a plus de valeur. Ce que Disney vient de faire ? Elle a enterré les parents des Weinstein, la poule aux œufs d’or des années 90 et, ce n’est pas négligeable, 6 films que Miramax s’apprêtait à distribuer : THE TEMPEST, adaptation de l’œuvre de Shakespeare avec Helen Mirren et Russel Brand, THE DEBT remake d’un film israélien avc Helen Mirren (décidément) et Sam Worthington, LAST NIGHT avec Sam Worthington (décidément) et Keira Knightley, DON’T BE AFRAID OF THE DARK avec Guy Pearce et Katie Holmes, THE BASTER avec Jennifer Aniston et Jason Bateman et enfin GNOMEO ET JULIETTE, une animation librement adaptée de l’œuvre de Shakespeare (décidément, Shakespeare non plus n’a pas de pot). La rumeur veut que ces films vont être 1/ l’objet de sorties techniques par Disney (c’est à dire dans une très petite combinaison de salles) 2/ l’objet d’une sortie directement en DVD chez Buena Vista Home Entertainment 3/ soigneusement rangés dans un placard à prendre la poussière.

Harvey Weinstein s’est fendu d’un communiqué : «Je me sens très nostalgique à l’heure actuelle. Je sais que les films que Bob et moi avons chapotés vivront pour l’éternité, tout comme ceux que Daniel Battsek a produit. Miramax employait des gens brillants. Je ne doute pas une seconde qu’ils continueront à faire de grandes choses pour l’industrie cinématographique». Il faut dire que les Weinstein ne s’étaient pas privés de débaucher une partie de Miramax au moment de monter The Weinstein Company, tout comme ils venaient récemment d’enrôler Peter Lawson et Lucas Webb, deux exécutifs de Miramax qui sentaient le vent tourner. Et pas dans le bon sens.

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.