Oscars : le « scandale » Démineurs

25-02-2010 - 11:29 - Par

DemineursBandeau

Petit barouf autour du film de Kathryn Bigelow. L’un des producteurs a enfreint les règles de l’Académie quant à la promotion des films et se voit obligé de s’excuser.

OscarsLes règles de l’Académie des Oscars sont strictes : les votants doivent élire les gagnants « sur une seule base artistique et technique », la « compétition doit être menée de manière juste et éthique », et toute missive (y compris un e-mail) envoyée aux membres de l’Académie « doit respecter ces règles et ne pas exalter les mérites d’un film en citant des critiques ou en rappelant les précédents honneurs reçus par l’œuvre ». On vous passe les détails.

Nicolas Chartier

Nicolas Chartier

Et ces règles, Nicolas Chartier, co-producteur de DÉMINEURS, cité à l’Oscar du meilleur film, les a foulées au pied. Cela pourrait sembler être une tempête dans un verre d’eau, mais l’affaire commence à faire grand bruit. La semaine dernière, le bonhomme a en effet envoyé un mail à des membres de l’Académie les exhortant à voter pour son poulain et « pas pour un film à 500 millions de dollars ». Chartier demandait aux destinataires du courriel de faire passer le mot à toutes leurs connaissances ayant le droit de vote aux Oscars.

Pour le moment, l’Académie n’a pas pris de disposition à l’encontre de Nicolas Chartier, mais conscient de sa faute, le producteur s’est rapidement fendu d’un deuxième mail cette semaine s’excusant pour sa première missive « ne respectant pas l’esprit de célébration du cinéma » exalté par les Oscars. « J’ai eu tort de vous demander d’encourager d’autres membres à voter pour DÉMINEURS, tout comme de commenter sur un autre film. (…) Ma naïveté, mon ignorance des règles et ma bêtise sont le fait d’être nommé pour la première fois et je tiens à vous adresser mes excuses pour ce comportement, que je regrette pleinement. J’aurais dû prendre le temps de lire les règles. ».

Bob et Harvey Weinstein

Bob et Harvey Weinstein

Une amende honorable bien péteuse, mais aussi bien exagérée, quand on connaît le lobbying mené par tous les studios lors de la « campagne des awards ». Citons entre autres les frères Weinstein, qui, avec leurs techniques de promotion, sont parvenus par le passé à faire triompher des opus tels que SHAKESPEARE IN LOVE (on se demande encore ce qu’avait bu l’Académie). Rappelons aussi le lobbying inversé de James Cameron ou Quentin Tarantino, qui, dans un élan hypocrito-machiste ont clamé à la télé ne pas avoir de vue sur l’Oscar du meilleur réalisateur. « Donnez-le à Kathryn, moi je l’ai déjà eu. Mais donnez à mon équipe celui du meilleur film » a ainsi lancé Cameron. « Je pense que Kathryn l’aura et c’est très bien comme ça, car j’ai le béguin pour elle depuis toujours » a clamé Tarantino. Classe.

Rappelons par ailleurs que Chartier était déjà au centre d’une polémique voilà quelques semaines. Quatrième producteur de DÉMINEURS, il n’aurait logiquement pas pu être nommé à l’Oscar du meilleur film, l’Académie n’acceptant que trois noms, par ordre d’importance dans le financement. Mais l’équipe du film avait milité pour que Chartier soit inscrit comme ses petits camarades, arguant que sans lui, DÉMINEURS n’aurait pas pu se faire. Sauf que les relations entre Chartier et l’équipe du film sont loin d’être aussi amicales. Durant la production, Chartier aurait essayé de virer le scénariste Mark Boal, et par conséquence, aurait été interdit par les autres producteurs d’assister au tournage en Jordanie. Bonne ambiance. Hier, Boal a réagi au scandale du courriel de Chartier, déclarant au Los Angeles Times : « Je n’étais pas au courant, mais c’est extrêmement stupide et j’espère qu’il va s’arrêter ». Aujourd’hui, l’on apprend que l’Académie ne prendra aucune mesure contre Chartier avant la clôture des votes mardi prochain. Au mieux, Chartier n’aura pas de ticket pour assister à la cérémonie. Au pire, DÉMINEURS sera disqualifié de la course, même si tous les analystes ne voient pas la consensuelle Académie aller aussi loin.

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.