Night And Day : Chronique

05-07-2010 - 10:26 - Par

NightDayCritiqueBandeauTom Cruise présente NIGHT AND DAY, son blockbuster agité du bocal, à base de cascades improbables, de rebondissements un peu cons et de sourires inquiétants.

Un film de Tom Cruise est toujours censé être un événement. Une tempête au box-office, un phénomène. Enfin, ça, c’était avant. Comme VALKYRIE et LIONS ET AGNEAUX avant lui, NIGHT AND DAY ne répond pas forcément à ces critères. Au box-office américain, c’est une sous-perfomance. Et la moitié des critiques lui est tombée dessus à cause, justement, de Tom Cruise. Dans NIGHT AND DAY, où il incarne un ex-agent du gouvernement traqué par ses anciens collègues, embarquant dans sa cavale une fille complètement larguée, et tentant de protéger une invention révolutionnaire qui pourrait tomber dans de mauvaises mains, il fait le show. Et c’est aussi exaspérant pour certains que ça peut être fascinant pour d’autres. Difficile d’accepter d’une personnalité aussi obscure que Cruise qu’il ait un énorme pouvoir comique, qu’il ait du recul sur l’image qu’il dégage et qu’il l’exploite au cinéma, quand il n’a aucune distance vis-à-vis de sa religion ou des rumeurs qui en émanent sur les plateaux de télé et en interview. Son sourire trop charmant pour ne pas être fourbe, son attitude de type abordable, pourraient être l’expression d’un culte de la personne.


NightDayCritiquePosterSi ce n’est que Tom Cruise est un über-acteur : une star dépassant le cadre du cinéma, une personnalité trop complexe pour être cernée. Dans NIGHT AND DAY, Tom Cruise peut courir sur les toits (sans filin ni filet et c’est James Mangold qui le dit), sourire toutes dents dehors pour charmer sa jolie captive tout en mitraillant ses anciens amis, étriper un sniper en se recoiffant. Et si ça, ce n’est pas de l’autodérision, on ne sait plus ce que c’est. Personne ne sait qui est ce Tom Cruise et c’est justement l’un des thèmes du film : les faux-semblants et leurs conséquences. À part ça, NIGHT AND DAY exploite beaucoup d’autres clichés pour mieux en jouer.

Dans cette démarche guillerette de détournement des blockbusters explosifs, Cameron Diaz incarne naturellement la ravissante idiote, rôle qu’elle aime à endosser de temps en temps depuis son explosion dans MARY À TOUT PRIX, pour mieux devenir une héroïne d’action impeccable, portant magnifiquement le flingue et levant la jambe comme la Drôle de Dame qu’elle fût un jour. Son sourire naïf répondant parfaitement au rictus ultrabright de son partenaire, le duo empreint d’un charme fatal, relève presque des couples mythiques des belles comédies d’époque. Avec son scénario d’une légèreté rafraîchissante, rappelant celle de TRUE LIES ou MR AND MRS SMITH, ses SFX aussi impressionnants que parfois désuets, ses gags discrets et poilants quand on les remarque (vous avez déjà vu quelqu’un se retenir à un train par un chapelet de saucisses ?), ses décors romanesques et ses scènes vraiment too much, NIGHT AND DAY est autant une superproduction enlevée et haletante qu’une comédie absurde assumée. NightDayCritiquePicC’est certain, la folie et le charisme du couple-star ont une petite tendance à vampiriser les seconds rôles, peu creusés. Or, sait-on que la rigueur d’écriture, lorsqu’elle s’applique même aux détails, est souvent ce qui permet à un long-métrage de transcender son rôle d’entertainer et apparaître comme un film vraiment solide. NIGHT AND DAY rate le coche et reste enfermé dans son rôle de pop-corn movie estival, aussi ultra-efficace soit-il.

117 millions de dollars de budget, 12,4 gagnés dans sa première semaine d’exploitation aux USA : commercialement NIGHT AND DAY déçoit. Et chez Fox, on est persuadé que Tom Cruise n’est pas le problème, qu’il n’y pas de rejet massif populaire de l’acteur. Que la star et Cameron Diaz répondent encore aux attentes d’un certain public. Peut-être pas le public biberonné à Shia LaBeouf et Megan Fox, mais à une certaine catégorie de cinéphages : Tony Sella, responsable marketing de la major, prend l’entière responsabilité du fiasco, qu’on appellerait davantage « malentendu ». Sa faute ? Penser qu’un film pour adultes pouvait marcher pendant l’été. Un aveu intéressant car il pointe un problème crucial : les plus de trente ans ont-ils encore envie de prendre un film à la légère ? Leur exigence va-t-elle au-delà d’un sourire ambigü de Tom Cruise, d’une fusillade rudement bien mise en scène et d’une maladresse de Cameron Diaz ? D’un gag débile et de courses de motos en pleine corrida ?

Aucun cynisme derrière NIGHT AND DAY, et peut-être est-ce pour ça que le marketing a été chancelant, que la tagline fatale et racoleuse est ardue à trouver. Difficile de trouver un slogan à coller à un produit simplement bon pour la santé : « Mangez-en », c’est tout ce qu’on a trouvé.

Night and Day, de James Mangold, USA. Avec Tom Cruise, Cameron Diaz, Peter Sarsgaard. 1h40. Sortie le 28 juillet

Pour voir la bande-annonce en HD, rendez-vous sur Accropix




 
Pub
Cinemateaser - All is Lost
 
 

Les commentaires sont fermés.