‘Wolverine 2’ : et si c’était Darren Aronofsky ?

31-08-2010 - 08:15 - Par

AronofskyWolvieBandeau

Les rumeurs se suivent et ne se ressemblent pas pour la suite des aventures du mutant griffu. Après David Slade et Robert Schwentke, le père de THE WRESTLER entre dans la danse.


D.Slade / R.Schwentke

D.Slade / R.Schwentke

L’information vient de Deadline, et de fait, s’avère plus sérieuse qu’une simple rumeur. Alors que Fox et Hugh Jackman cherchent toujours un réalisateur pour WOLVERINE 2, dont les prises de vue doivent débuter en janvier ou février 2011, Darren Aronofsky serait envisagé pour le poste. Voilà dix jours deux noms se disputaient le boulot : David Slade et Robert Schwentke. Le premier serait toujours le favori du studio, et aurait rencontré Hugh Jackman la semaine passée sur le tournage de REAL STEEL. Le second, lui, aurait abandonné la course, préférant se concentrer sur la prochaine sortie de RED et envisagerait plutôt de s’engager sur R.I.P.D ou THE OSTERMAN WEEKEND, adapté d’un roman de Robert Ludlum.


BlackSwanPosterDans le même temps, Darren Aronofsky aurait discuté avec Hugh Jackman de la chose, les deux hommes se connaissant bien et étant amis depuis leur collaboration sur THE FOUNTAIN. Un opus cher à Aronofsky et qui fut sauvé par l’engagement de Jackman, après le désistement de dernière minute de Brad Pitt. Autant le dire tout de suite : nous ne croyons pas que le réalisateur de THE WRESTLER s’engagera sur WOLVERINE 2. Pour deux raisons précises : son BLACK SWAN bénéficie d’une aura a priori énorme et pourrait enfin le confirmer comme l’un des noms les plus prestigieux d’Hollywood.


Mais surtout, le bonhomme, qui s’est battu bec et ongles pour défendre une vision artistique pour son remake de ROBOCOP, avait fini par claquer la porte de MGM, le studio souhaitant lui imposer la 3D. Sachant que Fox n’est pas réputé pour être la major la plus « auteur friendly » du business, on voit mal le metteur en scène s’engager sur un projet aussi risqué que WOLVERINE 2. Un film qui se doit d’être un carton pour laver l’affront du premier volet, et qui, pour ce faire, devra taper dans le divertissement ultra grand public, peu enclin à l’audace. On voit donc plus un « yes man » docile mais non moins doué comme Slade pour s’occuper de la chose. A moins que le producteur Jackman n’impose son poto…


 
Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.