Cannes 2011 : FOOTNOTE / Critique

15-05-2011 - 10:51 - Par

De Joseph Cedar. Selection officielle, en compétition.


Synopsis : Les Shkolnik sont chercheurs de père en fils. Alors qu’Ellezer Shkolnik, professeur puriste et misanthrope a toujours joué de malchance, son fils Uriel est reconnu par ses pairs.
Jusqu’au jour où le père reçoit un appel : l’académie a décidé de lui remettre le prix le plus prestigieux de sa discipline. Son désir de reconnaissance éclate au grand jour.

Parfois, des films présentés à Cannes vous laissent froids, raides comme la justice, quand ce n’est pas las et agacés. Il en fallait un et ce sera celui là : FOOTNOTE, de Joseph Cedar, encensé précédemment pour son BEAUFORT.

Qu’on ait toujours pas cerné le message du film, passe encore. Tous les longs-métrages, même cannois, ne doivent pas véhiculer forcément de grandes pensées, après tout. Mais lorsqu’on traite d’une rivalité père-fils tous deux spécialistes du Talmud et haut-intellectuels israéliens, on se dit que le film doit être soutenu par un propos d’une pertinence folle, mais si obscur, ou si éminemment intelligent qu’il ne nous a pas été intelligible.

Visuellement soigné, le très verbeux FOOTNOTE aurait pu devenir passionnant au détour d’une scène dans laquelle le fiston Shkolnik débat avec des membres du Jury du Prix d’Israël sur un quiproquo relativement drôle – quoique profondément artificiel : les votes ont élu le fils pour ce prix prestigieux, mais l’appel a été passé au père, jaloux comme pas deux, qui l’attendait depuis 30 ans.
Étriquée (elle se passe dans une salle de réunion grande comme un cagibi), la séquence est mise en scène avec brio et s’appuie sur une tension dramatique parfaite, un jeu impressionnant et des dialogues au cordeau. L’ennui laissera-t-il place à la fascination ? Non.

Alors qu’on espérait que tout s’aligne sur cette maestria-là, la suite du film se délite dans une succession de scènes d’un intérêt et d’un humour tout relatifs, mises en musique dans une cacophonie terrible. Alors peut-être malgré nous, avons-nous arrêté d’écouter et de nous intéresser.

Footnote, de Joseph Cedar. Avec Shlomo Bar Aba, Lior Ashkenazi, Aliza Rosen. 1h45. Prochainement


Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.