Review BD : LES AVENTURES DE BERTRAND KEUFTERIAN

20-06-2011 - 12:54 - Par

On vous en a souvent parlé dans ces pages : il est temps d’en remettre une couche sur le comic « à la française » créé par le jeune auteur lorrain Guillaume Matthias.

Depuis avril 2010, nous vous avons parlé à plusieurs reprises des « Aventures de Bertrand Keufterian », projet de comic « à la française » créé par Guillaume Matthias, et mené à bien par l’association Phylactères. Le pitch ? Après une invasion alien ratée, les extraterrestres sont confinés dans certains points du globe. Parmi eux, la ville de Metz. Depuis ces événements, des Traqueurs d’Aliens mènent la vie dure aux créatures de l’espace afin de les empêcher de créer le chaos dans les zones où ils ont été assignés. Bertrand Keufterian, trentenaire célibataire franchement loser se met en tête de devenir un Traqueur. C’est que cette caste est devenue très prestigieuse grâce à une télé réalité qui suit leurs aventures…

Dès ce court résumé, on peut ressentir les influences marquées de Guillaume Matthias, passionné de SF et grand fan d’X-FILES devant l’éternel. Un petit soupçon de DISTRICT 9 par-ci (bien que la BD ait été pensée et développée avant la sortie du film, précision importante), du Joss Whedon par-là (pour les chasseurs de monstres)… Pourtant BERTRAND KEUFTERIAN ne cherche jamais à décalquer ce qui peut se faire chez les Anglo-Saxons. Au contraire, Matthias développe une identité propre, bien que ultra-référencée, notamment en choisissant de situer son récit dans sa ville, Metz. La pop culture a généralement du mal à infiltrer l’Hexagone. Il serait plus facile de conter une telle histoire dans les rues de New York ou Londres. Mais non. BERTRAND KEUFTERIAN a le mérite d’affirmer sa différence et rapidement, le décor de la BD assoit le ton et l’univers.

D’autant qu’en matière de ton, Guillaume Matthias et son co-scénariste Carlos Rodrigo visent juste. Si l’on goûte la réflexion sur la télé réalité (un thème qui méritera d’être encore plus creusé pour être plus mordant dans les prochains volets), c’est surtout les dialogues qui volent la vedette. Vifs, spontanés et drôles (sans en faire trop), ils sont au service des personnages et ne tentent pas d’affirmer leur coolitude. Résultat, on tourne les pages sans se poser de questions, et l’on arrive à la fin du premier volet, puis du deuxième, sans avoir eu le temps de le dire.

Rayon esthétique, BERTRAND KEUFTERIAN lorgne évidemment vers le comic américain, avec toute sa vivacité, son souci du cadrage et sa dynamique très rythmée. Certaines compositions manquent parfois légèrement de densité, mais dans l’ensemble, le travail effectué s’avère de très belle qualité. Surtout qu’entre le premier et le deuxième épisode, le dessin de Matthias s’est clairement affirmé, autant pour les décors que pour les personnages ou même pour les perspectives et la lumière. Un travail qui a sans aucun doute gagné en efficacité et en solidité grâce au boulot sur la couleur de Céline Labriet, qui met parfaitement en valeur l’univers souvent nocturne de BERTRAND KEUFTERIAN et la personnalité pop sucrée de l’ensemble.

Conçue et réalisée par une bande de jeunes auteurs, BERTRAND KEUFTERIAN s’avère donc particulièrement prometteuse et l’on aurait déjà envie d’enchaîner avec la suite. Surtout que Matthias et Rodrigo maîtrisent avec malice l’exercice du cliffhanger…  On ne saurait donc que trop encourager à découvrir cette jeune création (surtout que chaque volet ne coûte que 3,80€), qui, on l’espère, continuera de s’épanouir dans les épisodes futurs, et permettra à ses auteurs de mener à bien d’autres projets. Surtout que la bande prépare un gros coup : la création de Web Ellipses, un éditeur numérique de BD pour tablettes tactiles, qui permettra de découvrir toutes les semaines, et pour 3 euros seulement, des créations de l’association Phylactères.

Liens :

Pour acheter « Les Aventures de Bertrand Keufterian », c’est par ici

Site officiel

Site de Phylactères

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.