Jim Sheridan renie DREAM HOUSE

09-10-2011 - 11:07 - Par

Mécontent du montage (et du film) final, le réalisateur aurait tenté d’enlever son nom du générique.


Malgré ses noms prestigieux au générique (Daniel Craig, Naomi Watts et Rachel Weisz), malgré son réalisateur (plusieurs fois nommé aux Oscars) dont on loue souvent les MY LEFT FOOT, THE BOXER, IN AMERICA et même son BROTHERS, DREAM HOUSE est un vrai mauvais film. On avoue même ne pas avoir eu envie de prendre de notre temps pour vous dire à quel point il était prévisible, mal joué, mal mis en scène et même parfois drôle à ses dépens. On est rarement virulent mais DREAM HOUSE a de quoi mettre en pétard quiconque aime le cinéma. D’ailleurs, le premier à être salement en rogne n’est autre que le réalisateur lui-même.

Le LA Times a appris que cet été, Sheridan a tout mis en œuvre auprès de la Directors Guild Of America (syndicat américain des réalisateurs) pour que son nom soit ôté du générique. Cette action relativement désespérée est le fruit d’un profond désaccord entre Jim Sheridan et Morgan Creek, la production. Un désaccord qui provient des méthodes de travail du metteur en scène, basées essentiellement sur l’improvisation, et de son refus de suivre à la lettre le scénario initial de David Loucka. Malgré des reshoots qui lui ont été consenties, Sheridan n’aurait pas fini le film en postproduction, cette phase cruciale ayant été totalement prise en charge par les producteurs. Il a également refusé de promouvoir le film à sa sortie.

L’action auprès de la Directors Guild Of America a été avortée. Mais Sheridan n’aurait eu qu’à démontrer que le DREAM HOUSE qu’il souhaitait faire et pour lequel il avait été engagé différait radicalement du DREAM HOUSE sorti en salles pour que le film soit finalement signé Alan Smithee (pseudo officiel de quiconque refuse de revendiquer son travail). Ceci-dit, même si Sheridan est encore crédité comme réalisateur, il est désormais notoire que DREAM HOUSE n’est pas vraiment son oeuvre.

On rappelle en outre que, hier, le LA Times révélait que Pete Travis n’était plus convié à participer à la postproduction de son DREDD, le scénariste Alex Garland ayant repris les rênes au point de vouloir accoler son nom à celui de Travis comme co-réalisateur. Sale temps pour les auteurs britanniques…

Jim Sheridan lui, serait actuellement en préparation d’un autre projet bien plus indépendant, SHERIFF STREET STORIES, inspiré de sa propre enfance en Irlande…

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.