TARGET : chronique

21-03-2012 - 18:38 - Par

McG signe une comédie d’action dans la droite ligne de CHARLIE ET SES DRÔLES DE DAMES, mais peine à tenir la distance. Seul le ventre « dur » du film est amusant.

Deux espions groovy, bien charpentés et copains comme cochons – Chris Pine (STAR TREK) et Tom Hardy (LA TAUPE) – tombent amoureux de la même fille. Soit la petite Duduche, Reese Witherspoon (WALK THE LINE). Parce qu’auprès de cette blonde, il fait sûrement bon dormir, nos héros vont se livrer une guerre fratricide et utiliser tous les moyens mis à leur disposition par le gouvernement des États-Unis. Comme invoquer le Patriot Act, par exemple… Mais, attention ! Pendant ce temps-là, à Vera Cruz, un gros méchant à l’œil torve (Til Schweiger, le sergent Hugo Stiglitz dans INGLOURIOUS BASTERDS) prépare une vengeance qu’elle est terrible. Monsieur « bad guy en chef » n’a pas vraiment digéré la mort de son frère. Tué par vous savez qui… Taïaut ! Il y a douze ans, McG s’emparait avec talent de la franchise DRÔLES DE DAMES et signait une comédie d’action à l’énergie débridée. Le scénario ne valait pas tripette, mais l’exubérance de la mise en scène permettait au film de décoller. Si TARGET, son nouveau long-métrage, emprunte le même chemin – des « drôles de messieurs », un humour potache, des scènes de baston rigolardes –, il échoue à faire aussi bien. En cherchant absolument à construire son récit autour de la pseudo-romance liant les trois personnages principaux, le réalisateur pédale dans la semoule. Le début se révèle poussif, la fin longuette. Et pour cause ! Le spectateur se fiche pas mal de savoir qui, du grand blond au regard bleu, mais creux (mais bleu…), ou du petit taureau agile mal rasé, servira de bouillotte à M’dame choupette. Idem en ce qui concerne la revanche personnelle du gredin de l’histoire. Tout ça, c’est du toc qui, à notre montre, fait tic-tac, tic-tac, tic-tac… L’unique intérêt de TARGET réside dans les mauvais tours que Chris Pine et Tom Hardy vont se jouer l’un à l’autre. Des coups pendables qui, le temps d’une grosse demi-heure, se révèlent parfaitement jouissifs et constituent ce que l’on appellera le ventre « dur » du film. Les séquences du refuge animalier et du paintball sont, à ce propos, hilarantes. Les acteurs s’amusent comme des petits fous et les spectateurs se tiennent littéralement les côtes. Dommage que McG n’ait pas laissé libre cours à sa folie, cela aurait évité à TARGET d’être pris pour cible.

De McG. Avec Tom Hardy, Chris Pine, Reese Witherspoon. Sortie le 21 mars.





 
Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.