Champs-Elysées Film Festival : CARTEL LAND

06-06-2015 - 09:54 - Par

De Matthew Heineman. Documentaire. 1h40

Le documentariste Matthew Heineman (ESCAPE FIRE) s’est rendu à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, pour filmer les vigilantes de tout bord. Des Américains autoproclamés patriotes se sont regroupés en milice pour juguler l’immigration, trafic humain organisé par les cartels, et les Mexicains ont créé une formation paramilitaire pour bouter les trafiquants de drogue des villages. Utiliser la violence pour combattre la violence, est-ce légitime ? Ne serait-ce pas totalement contreproductif ? Ce sont les questions que pose le réalisateur, véritable reporter de guerre pour l’occasion. Un docu particulièrement impressionnant qui refait le point sur le cercle vicieux des rapports que l’Amérique entretient avec son voisin indésirable.

4 Questions à Matthew Heineman

Que signifie « Cinéma indépendant » pour vous ?
C’est faire un film sans contraintes, qu’elles soient financières ou créatives. Cela signifie qu’on permet au réalisateur de raconter l’histoire qu’il/elle veut et qu’il/elle bénéficie de l’indépendance et du soutien nécessaires.

Pensez-vous que c’est une bonne époque pour le cinéma indépendant ?
Je crois que l’époque est incroyablement excitante. Il y a tellement de plateformes par lesquelles vous pouvez montrer votre film et le modèle traditionnel change rapidement.

Votre film français préféré ?
UN PROPHÈTE de Jacques Audiard. C’est aussi l’un de mes films préférés tout court.

Votre film américain préféré ?
En tant que documentariste, je tourne forcément plus autour des docus que des films de fiction. Et l’un de mes préférés est SHERMAN’S MARCH (de Ross McElwee, ndlr). C’est un classique, révolutionnaire. C’est aussi un moyen fascinant de voyager dans le temps jusque dans le sud des Etats-Unis dans les années 80. Et c’est un film très personnel.

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.