Cannes 2017 : IN THE FADE / Critique

26-05-2017 - 13:12 - Par

Cannes 2017 : IN THE FADE

De Fatih Akin. Sélection officielle, compétition.

Synopsis officiel : La vie de Katja s’effondre lorsque son mari et son fils meurent dans un attentat à la bombe. Après le deuil et l’injustice, viendra le temps de la vengeance.

En abordant le terrorisme et la soif de justice d’une femme qui a perdu son mari et son fils dans un attentat haineux, IN THE FADE aurait pu susciter controverse et gorges chaudes. D’autant que le carton de fin, qui fait subitement entrer le réel et les faits dans la fiction, transforme ce qui aurait pu (dû ?) rester une étude de personnage et de ses peines, en simili tract bien trop signifiant – qu’il soit compréhensible ne change rien. Pourtant, IN THE FADE n’a rien de brûlant. En dehors de l’interprétation juste et habitée de Diane Kruger, le nouveau film de Fatih Akin se révèle surtout atone, incapable de proposer un point de vue foncièrement original ou fort sur les événements qu’il chronique, ou une forme un tant soit peu stimulante. Le film semble parfois confondre réalisme des situations et passages obligés éculés – le deuil qui mène à la drogue, la peine qui génère les bas reproches etc. Succession de séquences guère surprenantes dont certaines dérivent vers la maladresse – l’interrogatoire de police et ses sous-entendus surlignés – ou le mauvais goût involontaire – un coup de fil qui interrompt une tragédie – IN THE FADE tente de prendre le terrorisme et l’extrémisme par le seul prisme intime alors que le politique ne peut qu’être partie prenante de son histoire. En résulte un déséquilibre évident de narration – accentué par le carton de fin, là aussi – et un trop plein de symbolisme un peu lourd – le deuil représenté par la pluie / la justice clinique par la neige / la résolution par le soleil. Pas franchement désagréable ou ennuyeux, juste plutôt ordinaire.

De Fatih Akin. Avec Diane Kruger, Denis Moschitto, Johannes Krisch. Allemagne. 1h40. Prochainement

 

 

 

 

Source video : Furyosa

 

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.