Cannes 2017 : LE JOUR D’APRÈS / Critique

22-05-2017 - 13:21 - Par

Cannes 2017 : LE JOUR D’APRÈS

De Hong Sang-soo. Sélection officielle, en compétition.

Synopsis officiel : Bongwan, directeur d’une maison d’édition, a trompé sa femme avec son employée. Au cours d’une journée, la lâcheté de Bongwan va provoquer les humiliations successives de chacune des femmes qui l’entourent.

Avec LE JOUR D’APRÈS, Hong Sangsoo ne se réconciliera sans doute pas avec les cinéphiles qui peinent à comprendre l’aura dont il bénéficie par chez nous, où tous ses films trouvent le chemin des salles quand nombre de ses comparses voient les leurs rester totalement inédits dans l’hexagone – parlez-en à Kim Jee-woon et à son AGE OF SHADOWS. Pour explorer les errements amoureux d’un homme lâche et volage, Hong choisit un dispositif de mise en scène extrêmement raide – de longues plages de dialogue filmées de profil, à une table, en séquence -, à la pauvreté esthétique vite rebutante – zooms, dézooms et pano disgracieux. Sans compter une musique comme sortie d’une radio crapoteuse, se limitant au même thème répété ad nauseam. Au-delà de ce carcan qui enferme le récit dans un systématisme rapidement ennuyeux, Hong ne donne surtout aucune occasion de s’attacher à ses personnages. Occupé à bousculer la temporalité, métaphore plutôt maladroite exécutée de manière qui apparaît aléatoire et arbitraire, le réalisateur en oublie de caractériser ses protagonistes, de leur offrir un cadre – autre que celui, éculé chez Hong, du repas bien arrosé – permettant au spectateur de s’attacher à ce qu’ils vivent, disent, pensent. Inutilement embrouillé par sa structure, LE JOUR D’APRÈS ne donne littéralement aucune chance à son récit de s’épanouir et à ses acteurs de donner une véritable substance émotionnelle à leurs jolies prestations. Le pire étant qu’avec un minimum d’effort de contextualisation, en précisant que l’adultère était encore récemment puni de peines d’emprisonnement en Corée du Sud, Hong aurait pu facilement offrir au JOUR D’APRÈS un véritable enjeu, invisible mais écrasant.

De Hong Sang-soo. Avec Kim Min-hee, Kwon Hae-hyo, Jo Yoon-hee. Corée du Sud. 1h32. Sortie le 7 juin

 

 

 

 

 

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.