Cannes 2010 : Carancho / Critique

17-05-2010 - 19:57 - Par

CaranchoBandeau

De Pablo Trapero. Sélection officielle, Un Certain Regard.


Synopsis officiel : En Argentine, plus de 8000 personnes meurent chaque année des accidents de la route et 120 000 autres sont blessées. Sosa est un avocat spécialisé dans ces accidents et Lujan est une jeune médecin…


Le cinéma argentin connaît depuis une dizaine d’année un renouveau grâce à de jeunes cinéastes aussi divers que Javier Solanas, Adrian Caetano ou Daniel Burman. Mais de cette génération, le plus passionnant reste sans conteste Pablo Trapero. Avec son VOYAGE EN FAMILLE il avait su saisir avec grâce les rapports d’une famille lancée dans un road trip, mais c’est sans conteste LEONERA qui nous avait définitivement acquis à sa cause voilà deux ans. Présenté en compétition sur la Croisette, il y saisissait avec une rage filmique impressionnante comment une jeune femme accouchait en prison et luttait pour élever son enfant.


Cette fois, il choisit comme toile de fond de son CARANCHO un sujet inédit, les accidents de la route, une des premières causes de mortalite dans son pays, l’Argentine, et source de multiples arnaques à l’assurance. Un univers parfait pour s’adonner au cinéma vérité, caméra à l’épaule virevoltante et rythme saisissant à la clé. Tout cela pour suivre comment Sosa, avocat révoqué oeuvrant pour des mafieux arnaquant les victimes non assurées d’accidents de la route, et Lujan, jeune urgentiste, tombent amoureux et finissent par lutter pour leur vie et contre l’organisation criminelle servie par le premier.


Un récit que Trapero prend tout le temps de dérouler, nous immergeant malicieusement dans la nuit argentine et ses accidents mortels, filmant sans pathos les défauts du système social et médical argentin, pour au final laisser cette atmosphère délétère imprimer la passion bouleversante unissant ces deux âmes perdues que sont Sosa et Lujan. Deux personnages radieux, pourris par des actes passés, et campés superbement par l’immense Ricardo Darin et la formidable Martina Gusman, épouse de Trapero, et déjà héroïne de LEONERA. Si bien qu’au bout d’une heure de métrage, impossible de ne pas vibrer à l’unisson avec ces deux anti-héros, et fondre littéralement pour la force de leur amour. Et c’est là que Trapero nous en met plein la gueule : le destin et les mafieux s’acharnent sur Sosa et Lujan, et ce qui avait débuté comme une chronique sociale et une romance trouble, se transforme en thriller policier nerveux et ultra-violent, dont l’issue laisse pantois. Voire exsangue.


Carancho, de Pablo Trapero, Argentine. Avec Ricardo Darin, Martina Gusman, Darío Valenzuela. 1h47.



CaranchoPic1

CaranchoPic3

CaranchoPic2


 
Pub

Cinemateaser sur iPad
 
 

Les commentaires sont fermés.