Universal abandonne le MEMPHIS de Paul Greengrass

02-04-2011 - 09:01 - Par

Officiellement, c’est un problème d’agenda de production qui aurait forcé la major à arrêter le projet. Officieusement, c’est une autre histoire.


Ce sont les derniers jours de Martin Luther King, ainsi que son assassinat le 4 avril 1968, que voulait raconter Paul Greengrass dans MEMPHIS. Le projet, produit par Scott Rudin (THE SOCIAL NETWORK) était hébergé chez Universal qui lui avait même donné le feu vert. Et le tournage devait avoir lieu dès juin prochain pour une sortie au MLK week-end, jour de célébration en sa mémoire qui a lieu le troisième lundi de janvier tous les ans.
Malheureusement, on apprend de Deadline ce matin que « le studio a décidé de ne plus financer ni distribuer MEMPHIS ». Universal a confirmé, avançant des problèmes de délais pour sortir le film début 2012.

Sauf que Mike Flemming, le journaliste de Deadline, affirme lui qu’il y a une autre raison à ce désistement : les ayant-droits de Martin Luther King auraient fait pression pour que MEMPHIS soit annulé, et « Andrew Young, l’ancien confident du leader des droits civiques, serait personnellement allé à l’encontre d’Universal pour faire part de ses objections ». En effet, la famille King aurait menacé de faire part publiquement de sa désapprobation, ce qui aurait pu nuire au film. « Personne ne sait si c’est parce que le film attisera une certaine controverse ou si c’est parce que la famille de MLK aurait d’un autre côté approuvé un script écrit par Ronald Harwood (LE PIANISTE) pour DreamWorks (qui aurait payé les droits du fameux discours de MLK) » explique Flemming.

Scott Rudin et Paul Greengrass seraient partis à la recherche d’autres studios et d’autres financements pour mettre MEMPHIS sur pied.

Autre information, il semblerait que c’est exactement le même genre de pressions qui auraient enterré le SELMA de Lee Daniels que les frères Weinstein voulaient produire. Le film avait même réuni son casting mais n’avait jamais pu lever assez d’argent pour se faire. Pour rappel, SELMA dévait dépeindre l’état politique de l’Amérique au début des années 60, alors que l’activisme de Martin Luther King est en train de changer le visage du pays.


 
Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.