Cannes 2014 : IT FOLLOWS / Critique

18-05-2014 - 17:30 - Par

De David Robert Mitchell. Semaine de la Critique.

Synopsis officiel : Pour Jay, 19 ans, l’arrivée de l’automne annonçait une saison d’école, de garçons et de weekends au bord du lac. Mais après une expérience sexuelle apparemment anodine, elle se retrouve confrontée à d’étranges visions et l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Face à cette malédiction, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire aux horreurs qui ne semblent jamais loin derrière.

On attendait beaucoup du second long-métrage du réalisateur du prodigieux THE MYTH OF THE AMERICAN SLEEPOVER. Ce petit film fragile, présenté à la Semaine de la Critique en 2010, avait réussi à marquer durablement les esprits par son ton singulier et son univers adolescent. On croyait David Robert Mitchell fleur bleue, comme un cousin éloigné de Sofia Coppola. Son second film le révèle surtout comme le petit frère hipster de Wes Craven. IT FOLLOWS est un film d’horreur, un vrai. De ceux qui vont fouiller simplement, sans l’air de rien, au plus profond de vos terreurs nocturnes. Reprenant à son compte les figures du slasher et de l’angoisse post-Carpenter, le réalisateur ne se défait pas pour autant de son style élégiaque, avec de longs panoramiques très amples. Mais cette grammaire du film d’auteur indé trouve une puissance incroyable dès qu’il s’agit de faire apparaître l’horreur. Jouant avec malice sur la profondeur de champs, le film s’amuse à transformer le spectateur en témoin inquiet. On guette le moindre passant, la moindre silhouette comme si le calme du plan ne pouvait qu’annoncer la tempête. L’efficacité mais aussi la beauté du film tient dans cet aspect presque ralenti du film d’horreur. Ce « boogey-man » marcheur qui suit pas à pas notre héroïne n’a pas besoin de se presser. La caméra de David Robert Mitchell l’attend, pour notre plus grande terreur. Ce mélange entre le cotonneux et le brutal crée de grands moments de tension qui donnent lieu à de savoureux jump-scares. Comme dans son premier film, il flotte dans IT FOLLOWS un parfum de vintage qui donne au film un aspect irréel. Porté par une musique synthétique extrêmement travaillée, le film sample toute une mythologie du film d’horreur adolescent pour mieux se la réapproprier. IT FOLLOWS est un film de fantôme, un film de zombie, un film de possession et même un film épidémique. Intelligemment, il assume de manière frontale l’aspect chimérique et métaphorique de son monstre sans jamais avoir besoin de mettre « les pieds dans le plat ». Libre à nous de comprendre ce qui se trame là-dedans. Et mieux encore, d’y projeter nos pires démons. Ce cauchemar adolescent aussi beau que divertissant tient donc du tour de force tant il réussit, comme un tour de magie implacable, à nous emporter et nous inquiéter en même temps. IT FOLLOWS se savoure comme un futur film culte, quelque part entre LES GRIFFES DE LA NUIT et le BREAKFAST CLUB. Après ce film, vous ne regarderez plus jamais derrière vous, comme avant.

De David Robert Mitchell. Avec Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto. Etats-Unis. 1h34. Prochainement

2-It-Follows

Picture 5 of 6

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.