CEFF 2016 : THE ALCHEMIST COOKBOOK

06-06-2016 - 10:51 - Par

CEFF 2016 : THE ALCHEMIST COOKBOOK

Infos, galerie, questions au réalisateur… Tout sur les films de la compétition indépendante américaine du Champs-Elysées Film Festival 2016.

C’est quoi ?
On le présente comme un anti-drame, ce qui est une manière percutante d’interpeler un public. Troisième long-métrage de Joel Portykus, figure du cinéma indépendant (voire carrément underground) et acclamé pour ses précédents APE et BUZZARD, THE ALCHEMIST COOKBOOK possède un pitch plus qu’intrigant. « Atteint d’hallucinations, un jeune ermite vit reclus dans une forêt, espérant percer un mystère d’un autre temps. Mais il va devoir payer le prix de sa folie. » Après avoir fait sa grande première américaine au très hype Festival SXSW d’Austin, le film fait ici sa première internationale. Au casting, Ty Kickson, star de la sensation GIMME THE LOOT.

 

Questions au réalisateur Joel Potrykus

Que signifie être indépendant pour vous ?
Cela signifie qu’aucun businessman n’est impliqué dans les décisions artistiques. Que le réalisateur peut toujours coller à sa vision jusqu’au bout du processus. J’espère aussi que cela signifie que le film défie le public et tente de nouvelles choses.

Pensez-vous que l’époque soit enthousiasmante pour le cinéma indépendant ?
Oui. Comme il y a énormément de jeunes gens qui peuvent désormais se frotter à des équipements professionnels, nous allons voir de plus en plus de ‘cinéma étrange’. À moins qu’ils aient tous envie de faire des blockbusters hollywoodiens. Ça ferait chier.

Quel est votre film français préféré ? Pourquoi ?
LE CHARME DISCRET DE LA BOURGEOISIE est un peu un film français même si Buñuel était Espagnol. Son absurdité a été une énormen influence pour moi. C’est du cinéma courageux, audacieux. J’ai beau aimer la Nouvelle Vague, LE CHARME DISCRET… parle vraiment à ma sensibilité.

Quel est votre film américain préféré ? Pourquoi ?
LE LOUP-GAROU DE LONDRES. Sans faire d’efforts, il multiplie les ruptures de ton et les détournements du genre. Il n’y a aucune règle dans ce film. Personne n’est en sécurité. Et accessoirement, il y a la meilleure transformation en loug-garou de tous les temps.

 

 

 

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.