Cannes 2014 : THE TARGET / Critique

23-05-2014 - 16:04 - Par

De Director Chang. Sélection officielle, séances de minuit


Synopsis : Ancien mercenaire, Yeo-hoon mène aujourd’hui une vie paisible. Un jour, il va récupérer un dossier dans un bureau, sauf que celui-ci y découvre un homme qui vient d’être tué. Les tueurs attaquent et poursuivent Yeo-hoon qui est blessé par balle et transféré à l’hôpital. Le lendemain, l’homme assassiné est identifié comme le président d’un grand groupe et Yeo-hoon devient alors le principal suspect. Yeo-hoon est admis à l’hôpital où Tae-jun travaille comme médecin résident. Tae-jun mène une vie heureuse avec sa femme enceinte, Hee-joo. Pendant son service de nuit, Tae-jun sauve Yeo-hoon des mains des tueurs. Le lendemain, sa femme est enlevée et Tae-jun reçoit un appel téléphonique lui ordonnant de faire sortir Yeo-hoon de l’hôpital en échange de sa femme. Pour la sauver, Tae-jun aide Yeo-hoon à s’enfuir de l’hôpital. Commence alors une dangereuse course-poursuite de 36 heures pour cet ancien mercenaire accidentellement impliqué dans une affaire de meurtre et ce médecin qui l’accompagne afin de sauver sa femme qui a été enlevée.

Le cinéma sud-coréen a beau être l’un des meilleurs du monde, révéler régulièrement certains des cinéastes les plus importants de leur génération – Park Chan-wook, Bong Joon Ho, Na Hong-jin et on en passe –, il a lui aussi son lot de projets dont il se passerait bien. Le dernier en date : THE TARGET, remake du film français À BOUT PORTANT de Fred Cavayé. Pour une fois que le pillage ne se fait pas au détriment de l’Asie, on regrettera que l’essai ne soit pas transformé. Car à vrai dire, THE TARGET ennuie, et ce, bien qu’il accumule les tatanes, les poursuites, les fusillades, les gags et les interprétations intenses de ses acteurs. La faute à des personnages particulièrement vides de toute substance, qui jamais ne fascinent ou n’intriguent, mais qui finissent le plus souvent par irriter. À l’image de ce méchant moulin à insultes et à gueulantes, trop grandiloquent pour convaincre et trop bruyamment hystérique pour amuser. Tout juste sauvera-t-on la placidité cool avec laquelle l’un des héros assène les coups dans la tronche : dans ces instants fugaces bien trop rares, THE TARGET décolle. Avant de retomber comme un soufflé pour retourner à son scénario convenu, ses scènes d’action déjà vues et ses personnages limités.

De Director Chang. Avec Ryoo Seung-yong, Yu Junsang, Jin-wook Lee. Corée du Sud. 1h39. Prochainement

Pub
 
 

Les commentaires sont fermés.